Jeudi 22 septembre 2011

Monsieur Lienhardt,

 

Dans votre article en page 2 des Régionales des DNA vous évoquez “Plusieurs dizaines de communes “gavées” aux emprunts toxiques”.

Les éléments concernant la Ville d’Obernai sont faux. (…)

Monsieur Lienhardt,

 

Dans votre article en page 2 des Régionales des DNA vous évoquez “Plusieurs dizaines de communes “gavées” aux emprunts toxiques”.

Les éléments concernant la Ville d’Obernai sont faux.

 

1. La Ville d’Obernai, dans le cadre d’une gestion rigoureuse des deniers publics a procédé à un désendettement constant. La dette a ainsi diminué de 32% passant de 19,6 millions d’euros en 2004 à 13,3 millions d’euros (prévus pour la fin de cette année –> l’objectif sera tenu).

 

2. Près des 3/4 de l’encours de la dette font l’objet de prêts à taux fixe allant de 2,81% à 4,49%.

 

3. Un seul emprunt a été contracté auprès de Dexia Crédit Local. L’encours de cet emprunt est de 2 816 525 euros au 1er janvier 2011 avec un taux renégocié auprès de Dexia de 4,75%. Cet emprunt est évoqué dans votre article. Mais les montants sont faux. Nous avons, en effet négocié cet emprunt début 2009  (avec détermination) dans le cadre d’une initiative volontariste et prudente.

 

4. Je vous remercie de porter cette information dans vos colonnes. Le site libe.fr n’a nullement tenu compte de renégociations dont ont pu faire l’objet certains prêts.

 

5. Le rapport final de la Chambre Régionale des Comptes du 7 octobre 2010 pour la gestion de la Ville d’Obernai stipule : “la situation financière de la commune d’Obernai est bonne”, “la capacité de désendettement était de 6,3 années au 31 décembre 2007 et de 3,9 années au 31 décembre 2008”.

Bernard FISCHER

Maire d’Obernai

Vice-Président du Conseil Général du Bas-Rhin