Le mercredi 5 novembre 2008 en matinée, les élus et les populations de plusieurs communes ont organisé une « opération escargots » entre Schaeffersheim et Niedernai, pour se rassembler ensuite devant la Mairie de Meistratzheim.

Les élus et les habitants du secteur qui se sont mobilisés souhaitent interpeller les pouvoirs publics quant à l’augmentation importante du trafic des poids lourds sur les axes transverses suivants :

 

          « l’axe » Obernai – Niedernai – Meistratzheim – Schaeffersheim – Erstein (D 426),

          « l’axe » Krautergersheim – Hindisheim (D 207),

          « l’axe » Valff – Westhouse – Benfeld (D 156).

 

J’ai eu l’avantage en fin de matinée de m’exprimer devant les 200 personnes présentes en énonçant les éléments suivants :

 

1.     Le trafic de transit a considérablement augmenté ces dernières années sur ces trois routes départementales. Il faut que le Préfet de la Région Alsace accède à la requête des Maires des communes concernées pour qu’un arrêté commun d’interdiction du trafic poids lourds puisse être pris pour les périodes nocturnes (horaires à définir). Il est impérieux de prendre en considération le trafic de desserte locale afin de ne pas pénaliser l’économie de nos territoires.

 

2.     Il faut impérativement une concertation avec la Fédération Nationale et la Fédération Régionale des transporteurs routiers pour bien distinguer le trafic local du transit international. Cette concertation doit se faire en présence des élus départementaux, régionaux et des parlementaires.

 

3.     Des études ont déjà été menées par le Conseil Général du Bas-Rhin pour essayer de trouver des solutions qui puissent endiguer le trafic des poids lourds sur ces axes transverses. Il est indispensable de rappeler que ce grand territoire a l’avantage de développer d’importantes surfaces agricoles cultivées tout en hébergeant des milieux naturels sensibles. Tous les éléments doivent être pris en considération dans le cadre des études tendant à mettre en œuvre des nouveaux aménagements ou des voies de contournement, si cela était possible. Certains secteurs sont concernés par des zones de protection ou encore par le dispositif NATURA 2000.

 

4.     De plus, une étude floristique a mis en exergue la présence de l’Euphorbe des marais sur l’accotement de la RD 426 et dans le fossé d’assainissement qui jouxte cette route au Nord. On trouve dans le secteur de Meistratzheim et de Schaeffersheim, le Séneçon des marais et le Laiteron des marais qui sont des plantes protégées par les directives européennes.

 

5.     Suite à cette expression particulièrement forte de la part des élus et des habitants concernés, nous continuerons à nous mobiliser pour travailler avec les services de l’Etat et du Département du Bas-Rhin, afin d’entrevoir dans les meilleurs délais des solutions acceptables et équilibrées pour atteindre ces objectifs. Il reste néanmoins impérieux d’utiliser au mieux la plateforme Départementale de Dambach-la-Ville pour accueillir l’essentiel des grandes entreprises de transport, de stockage et de logistique nécessaires au développement économique du Piémont, du Ried et de l’Alsace Centrale.

 

6.     La carte ci-jointe montre que les axes structurants majeurs que sont l’A35 et l’A352 ainsi que la RD-1083, doivent être privilégiés pour le trafic de transit des poids lourds et que les voies transversales Piémont-Ried doivent être préservées au mieux d’un tel trafic pour que les habitants des villages concernés puissent simplement vivre dans un environnement « acceptable ».