Synthèse suite à la séance plénière du 19 juin 2008

 Le jeudi 19 juin 2008, les 22 délégués communautaires de la Communauté de Communes du Pays de Sainte Odile se sont réunis en séance plénière pour désigner l’entreprise qui sera délégataire du service public d’assainissement de la CCPO pour une période de 12 ans à compter du 30 juin 2008.

 

Voir les annexes :

 

1.     SYNTHESE (Cf. annexe 1 bas de page)

 

2.     NOTE EXPLICATIVE (Cf. annexe 2 bas de page)

 

3.     SIMULATION D’UNE REGIE (Cf. annexe 3 bas de page)

 

Après l’exposé détaillé du Président, un débat fructueux s’est instauré. Messieurs Alphonse Koenig et Raymond Klein ont souligné le bon travail réalisé par les agents de la Lyonnaise des Eaux pendant la délégation précédente.

 

Catherine Edel et Alphonse Koenig ont souligné le fait que le nouveau délégataire proposé, Véolia, fasse état d’une offre de 192 000 €  après négociation, inférieure à l’offre négociée dans les délais avec la Lyonnaise des Eaux, ce qui “impactera” favorablement la facture d’eau de tous les usagers.

 

21 délégués communautaires ont voté pour cette délégation à Véolia -> 1 voix contre, celle de M. Freyermuth, qui, au grand étonnement de tous les autres délégués communautaires, propose une gestion en régie intercommunale. En effet, le coût annuel d’une gestion en régie sur 12 ans serait de 905 128 € contre 192 010 €, soit un coût 4,7 fois supérieur pour l’usager !!!

 

De plus, M. Freyemuth, à court d’arguments, a proposé de “raccorder” les réseaux d’assainissement des communes de la Communauté de Communes du Pays de Sainte Odile à la régie d’Erstein ???  à  pour une gestion commune. Ceci est totalement incohérent, infaisable, il faudrait poser plus de 15 km de réseaux entre Meistratzheim et Erstein (ce qui serait interdit dans le cadre de la préservation du Bruch de l’Andlau… ) et qui entraînerait un coût d’investissement d’au moins 5 millions d’euros.

 

Après une procédure longue qui a permis une émulation entre Véolia et la Lyonnaise des Eaux, les 21 délégataires communautaires se sont réjouis de la perspective d’une continuité du service public et d’un coût global qui sera demain légèrement inférieur au coût actuel.