INTERVENTION LORS DE LA SEANCE PLENIERE DU 10 DECEMBRE 2007

SEANCE PLENIERE DU 10 DECEMBRE 2007

 

La séance est ouverte à 9 heures, sous la présidence de Monsieur RICHERT, Président du Conseil Général du Bas-Rhin.

 

 

_______________________________________________________________________

CG/2007/116 –  Transports – 11

Transport routier interurbain – Schéma directeur des transports et déplacements

 

 

M. BERTRAND P., président de séance – La parole est à Monsieur Fischer.

 

 

M. FISCHER – Mes chers collègues, trois réflexions. La première, en ce qui concerne la gare routière, notre collègue Gsell intervenait. Je me souviens, dans cette assemblée, lorsque nous avons discuté du cofinancement de la réalisation de la gare de Strasbourg, il avait été acté le principe de cette station de rabattement qui est absolument indispensable. Il faut trouver, avec la ville de Strasbourg et la CUS, la bonne porte de sortie, si je puis dire, le plus rapidement possible mais il ne faut pas oublier que Strasbourg ne se suffit pas à elle-même et que nous avons besoin d’une gare routière qui soit à la hauteur de tout ce qui est absorbé au niveau de ce secteur.

 

En deuxième remarque, voici trois ans, le baril de pétrole était à 32 $. Nous sommes aujourd’hui à 92 $, en moyenne, et les perspectives à un horizon de trois ans nous mettent à 120/150 $. Je pense que ce rapport qui nous est soumis aujourd’hui, où le rapporteur Alfred Becker nous disait un schéma des transports à l’horizon de 10 ans, devra être revu et corrigé beaucoup plus rapidement qu’on ne l’imagine et ceci pour plusieurs raisons.

 

Si nous pouvons être satisfait du Réseau 67 tel qu’il est à l’heure actuelle en termes de maillage sur notre département, il faudra peut être des adaptations. Certains bus, à capacité nominale de 50 à 55 places, sur certaines lignes, sont relativement vides à certains horaires et il faudra envisager, à ce niveau là, de faire des économies d’échelle et d’adopter des minibus à 32 places et pas forcément des grands bus à 55 places.

 

La deuxième chose, toujours dans l’évolution des modes de transport et de l’offre globale que nous devons avoir, il est opportun d’instiguer encore plus dans les contrats de territoire que met en place le Conseil Général avec l’ensemble des EPCI, de mettre en place des transports intermodaux sur l’ensemble des communautés de communes avec des articulations à terme, sachant que ceci est un énoncé simple mais en complexité, par rapport aux compétences, extrêmement douloureux à mettre en place puisque mettre en place un transport public urbain, a priori interurbain, est extrêmement complexe par rapport à l’offre déjà existante.

 

La troisième chose, toujours dans le cadre de l’offre et de ce rapport, je pense que nous devrons aller beaucoup plus loin en ce qui concerne les stations de rabattement et peut-être l’investigation au covoiturage. Il existe aujourd’hui, nous l’avons mis en place dans mon intercommunalité, des offres de covoiturage extrêmement simples qui, sur le net, coûtent à peu près 5 000 euros aux EPCI par an. Nous avons aujourd’hui sur le secteur du Pays de Sainte-Odile, après un an de mise en place, à peu près 118 personnes qui font du covoiturage tous les jours. Je pense que nous pourrons être des partenaires incitatifs à ce niveau-là.

 

Enfin, il me semble que tout se tient. Lorsque nous avons parlé ce matin du TGV Est Européen, du tram-train Bruche-Piémont, de l’offre de transport en général, nous aurons des mutations dans les deux à cinq années qui viennent qui sont beaucoup plus rapides que le rapport nous permet de l’envisager et nous aurons, à cette occasion, tous les ans, à revoir un tout petit peu les modalités sachant que c’est extrêmement complexe puisque nous sommes dans des délégations de service public et que les offres, en l’occurrence, ou les appels d’offres sont souvent pluriannuels et sur plusieurs années. En l’occurrence, il faudra revoir cela dans les prochaines années.

_______________________________________________________________________

 

M. BERTRAND P., président de séance – Merci. Nous devrions pouvoir nous prononcer.

 

 

M. FISCHER – Pardonnez-moi, juste encore un mot. La Région Alsace a pris l’initiative de mettre toutes les AOT, les dix AOT d’Alsace, autour de la table et donc les sociétés organisatrices de transport qui vont cofinancer une importante étude qui permettra à un horizon de deux ans que la région Alsace soit une terre d’expérimentation pour tout simplement offrir, à tous les usagers alsaciens, les perspectives suivantes : vous habitez Lauterbourg, vous voulez vous rendre à Thann, vous cliquez de manière extrêmement simple sur un site qui vous donnera de manière préférentielle toutes les alternatives de déplacement avec les systèmes de transport intermodaux d’Alsace.

 

De la même manière, vous habitez Colmar et vous voulez vous rendre à Lauterbourg, cela aussi pourra se faire.

 

C’est un montant, pour mettre ce dispositif en place, de 3,5 M€ qui est initié par la Région Alsace avec tous les AOT, je voulais le rappeler. C’est extrêmement important et cela permet une belle perspective dans le domaine de l’usage de tous les transports.

 

_______________________________________________________________________