Le jeudi 25 octobre 2007, le Président de la République a accueilli l’ancien Vice-Président des Etats-Unis Al GORE, le Président de la Commission Européenne José Manuel BARROSO et le Prix Nobel de la Paix Madame Wangaari MATHAI dans le cadre de la présentation de la synthèse du Grenelle de l’Environnement. Toute la classe politique et la société civile française soutiennent le travail fourni par tous les acteurs de cet important débat dont les Etats Généraux permettent l’affirmation très forte de nouvelles politiques, qui seront mises en place dans de nombreux domaines.

 

Tous les secteurs sont concernés : la santé, la biodiversité, les bâtiments, l’agriculture, l’énergie et les transports. Ce programme ambitieux s’inscrit dans une nécessité impérieuse à laquelle nous participerons tous : ceci est vital et indispensable.

 

Pour ma part, j’ai eu l’avantage d’être sensibilisé à l’environnement et à ses enjeux d’avenir pendant mes études à la Faculté de Pharmacie de Strasbourg. Dès les années 70, je partageais avec d’autres étudiants les expressions très fortes d’un grand écologiste français, Monsieur René DUMONT, qui à l’époque déjà, interpellait les français quant à l’économie des énergies pétrolifères, le moindre usage nécessaire des produits phytosanitaires et surtout la nécessité d’économiser l’eau et de préserver les nappes souterraines.

 

Pendant 30 ans, les pays industrialisés et toutes les sociétés occidentales ont continué à développer des « économies de consommation » sans tenir compte suffisamment, à l’instar des pays nordiques, de la nécessité de respecter l’environnement et d’économiser les matières premières.

 

Depuis quelques années, enfin, une forte prise de conscience anime les habitants des pays développés. Il est aujourd’hui indispensable de conjuguer les efforts de tous dans le cadre de ce processus historique pour asseoir définitivement les bases d’un consensus sur l’environnement.

 

Monsieur Al GORE a proposé un « Grenelle Mondial » de l’environnement. Ainsi se tiendra prochainement une réunion d’urgence aux Nations Unies sur toutes les questions relatives aux changements climatiques. La Conférence Internationale de BALI, prévue en décembre 2007, permettra enfin des actions concrètes émanant du Protocole de Kyoto et de la rencontre de Johannesburg.

 

Il nous appartient dans notre vie quotidienne de faire évoluer nos comportements dans tous les domaines pour nous inscrire ensemble dans cette démarche collective particulièrement exaltante mais ô combien complexe !

 

                                                                Pour en savoir plus :

                                                         www.legrenelle-environnement.fr