Intervention lors de la séance plénière du Conseil Général

du Bas-Rhin du 26 mars 2007

CONSEIL GENERAL DU BAS-RHIN

 

Réunion du 26 mars 2007

 

RD 422 – Dénivellation du PN 20 à Molsheim – Bilan de la concertation et convention Avant-projet et Projet-réalisation

M. LE PRESIDENT – Bernard FISCHER, à présent.

 

M. FISCHERD’un mot, Monsieur le Président, mes chers collègues, je voudrais évoquer trois points. En premier lieu, je crois que nous sommes en totale convergence et en parfaite solidarité au sujet de la fragilité dont souffrent Molsheim, le secteur de la Bruche, le début de la Mossig et le Piémont, à cause du point noir que représente ce passage à niveau. Enfin, s’offrent désormais à nous des perspectives dans des délais acceptables. Cette convergence et cette solidarité se manifestent dans le cadre de cette Assemblée. Elles se sont également exprimées par la nécessité de faire le contournement de Molsheim. La synergie de ces deux accès va non seulement répondre à l’exaspération des habitants de Molsheim – positivement bien entendu –, mais aussi à tout un secteur qui sera ainsi désenclavé ; nous nous en réjouissons.

 

En second lieu, il n’était pensable d’avancer sur le dossier tram – train sans résoudre ce problème. Je crois que la bonne solution a été retenue. Toutes les interrogations ainsi que toutes les hypothèses sont d’ailleurs largement citées dans ce rapport. Le rapporteur exprimait la convergence à ce niveau en exposant la bonne solution technique, pourtant complexe.

 

Troisièmement – et vous m’autoriserez un brin d’humour –, mais lisant l’ensemble des expressions formulées par nos concitoyens, il m’est tout à fait agréable de citer celle-ci, par exemple, en page 31 : « Faites ce que vous voulez, mais faites quelque chose ; cela sera toujours mieux que maintenant. » Je crois que cela exprime tout ; nous pourrons désormais répondre à cette personne que nous avons sans doute trouvé la bonne solution.