Loi du 17 avril 2013 relative à la mise en place de nouveaux « super cantons » pour les élections départementales de mars 2015 :
« charcutage » de la carte électorale uniquement voté par les seuls socialistes à l’Assemblée Nationale.

 

  • Après une année à la tête de la France, le Président de la République découvre enfin les vertus de l’économie française, alors que lui-même et quelques-uns de ses Ministres n’ont cessé pendant leur première année de fonction, de critiquer et de vilipender les Chefs d’entreprises, brisant ainsi  le climat de confiance dans notre pays.

 

  • Le Gouvernement Fillon avait voté il y a 3 ans, le principe de la substitution des 4 400 Conseillers Généraux de France qui siègent dans les Assemblées Départementales et les 1 800 Conseillers Régionaux qui siègent dans les Assemblées Régionales, par un seul élu désigné « Conseiller Territorial », soit environ 3 300 Conseillers Territoriaux pour la France. Ces Conseillers Territoriaux auraient siégé simultanément dans les 2 assemblées. Ce dispositif présentait l’avantage de réduire considérablement le nombre d’élus et de permettre une synergie d’actions entre ces Collectivités Territoriales. Cette Loi a purement et simplement été abrogée idéologiquement par l’actuel Gouvernement.

 

  • Avec une vision très idéologique, la Gouvernement Ayrault a mis en place dans la Loi du 17 avril 2013, un nouveau dispositif de « super cantons » devant compter une population d’environ 47 000 habitants, avec l’élection de binômes homme-femme pour l’élection départementale prévue en mars 2015. Ceci entraînera une augmentation du nombre total des élus en France.

 

  • Le Préfet de chaque région, après avoir consulté quelques parlementaires, a dû rendre avant le 18 avril, son appréciation au Ministère de l’Intérieur. La fixation définitive des périmètres des nouveaux cantons, doit faire l’objet d’un arrêté ministériel au plus tard en mars 2014.

 

  • Pour ce qui concerne le département du Bas-Rhin, nul ne sait à l’heure actuelle quelles sont les préconisations de regroupement de cantons, ni en milieu urbain, ni dans les périmètres plus ruraux.

 

  • La France perdant actuellement 1 200 emplois chaque jours dans les services, les secteurs économiques et l’industrie, il me semble que le Président et son Gouvernement feraient mieux de se concentrer sur la priorité essentielle que constitue les enjeux économiques de notre pays, plutôt que de mettre en place un processus de « charcutage électoral » qui n’améliorera en rien le fonctionnement institutionnel de notre pays et qui entraînera des regroupements arbitraires de cantons qui ne répondent pas forcément aux « bassins de vie naturels » des différents secteurs d’un département.

 

  • Avec les Elus locaux de notre canton, nous préférons consacrer toute notre énergie à l’action publique locale, à la mise en place des projets qui répondent aux besoins de nos populations et aux perspectives favorables à l’accueil de nouvelles entreprises, créatrices d’emplois et d’économie sur notre territoire, ainsi qu’au développement des entreprises déjà implantées.

 

Bernard FISCHER

Maire d’OBERNAI

Vice-Président du Conseil Général du Bas-Rhin