Le conseil municipal d’Obernai s’est réuni en séance extraordinaire, lundi soir, pour présenter un avant-projet détaillé de réhabilitation du quartier de la Vorstadt, le faubourg historique qui s’étend autour de l’ancienne école de la Capucinière. L’occasion pour la municipalité, qui souhaite associer les riverains aux décisions, de lancer la phase de concertation.

Un coq qui réveille tout le quartier de bon matin, des riverains qui conversent d’une cour à l’autre, un tracteur stationné le long d’une grange : le quartier de la Vorstadt, à moins de cinq minutes de la place du Marché, a conservé le caractère rural de ses origines. Une quiétude à laquelle les habitants sont très attachés, et que la municipalité compte bien prendre en compte dans son projet de réhabilitation.

Depuis la désaffection de l’école de la Capucinière, au coeur du quartier, en 2006, se pose la question du devenir du site, d’une surface de près de 50 ares, et de ses abords. La mairie a fait le choix de déconstruire l’ancien groupe scolaire dès 2014, plutôt que de le réaffecter. « Cela se fera morceau par morceau, dans une démarche de chantier propre, afin de maîtriser l’impact environnemental et de réduire les nuisances. Cette phase sera longue », prévient le maire Bernard Fischer.

« Un espacede respirationau coeur du faubourg »

Si cette démolition est déjà actée, le reste du projet — présenté lundi soir au conseil municipal en présence d’une quinzaine de riverains — n’est pas arrêté. « Nous n’étions pas obligés de lancer une phase de concertation, ni de passer devant le conseil municipal, mais nous estimons que c’est la moindre des choses », poursuit le maire.

L’avant-projet a déjà obtenu l’aval de l’architecte des Bâtiments de France, et plusieurs diagnostics ont été réalisés. Mais des variables d’ajustement seront possibles en fonction des avis émis par le public.

Les grandes lignes du projet, dont le montant prévisionnel se monte à 2,7 millions d’euros HT (*), s’articulent autour des axes suivants.

? 135 places de stationnement. Le stationnement est le gros point noir du quartier, et la préoccupation majeure des habitants, qui pour la plupart ne disposent pas de garages. Le projet prévoit la création de quelque 135 places, dont certaines privatisables, en plein coeur de la Vorstadt : 45 en surface, accessibles depuis la rue des Capucins, et environ 90 semi-enterrées, grâce à un important dénivelé entre la rue des Capucins et celle du Général-Gouraud.

Les rues de Mars, de l’Angle et des Capucins seront réaménagées afin de sécuriser la circulation des piétons.

? Une vingtaine de logements. « Nous avons la possibilité de construire 50 logements, mais nous avons fait le choix de n’en retenir que la moitié. L’immeuble, qui fera l’objet d’un appel à projets, ne dépassera pas la hauteur des bâtiments avoisinants, soit un à deux étages », assure le maire.

? Une grande place. Elle sera aménagée sur la dalle de couverture du parking et offrira de belles dimensions. « Imaginez un instant cette place de 45 mètres sur 35, soit quasiment l’équivalent de la place du Marché ! » lance Bernard Fischer, qui voit là « un espace de respiration au coeur du faubourg ».

? Une nouvelle identité pour la chapelle. La chapelle, qui est pour l’heure une coquille vide, sera préservée et dédiée à un espace d’exposition temporaire. Elle pourrait être prolongée par une extension contemporaine côté ouest. « Le programme de réaffectation fera l’objet d’une réflexion spécifique ; il faudra qu’il soit en adéquation avec le projet de désendettement de la ville », insiste le maire.

? Un jardin clos d’inspiration médiévale. D’une superficie de 400 m2, il s’insérera entre la chapelle, le parc de stationnement couvert et les maisons de la rue des Capucins. Il servira également d’accès piéton entre le centre-ville et le parking.

Ces orientations ont été validées par la majorité du conseil municipal en fin de séance. L’opposition a voté contre (lire ci-contre). Cette délibération a aussi permis de valider les modalités de concertation (lire ci-dessus) et de donner le feu vert à la déconstruction de l’ancienne école de la Capucinière. Les premiers engins de travaux s’engageront dès 2014 dans les rues étroites de la Vorstadt.

Fanny Holveck (*) Financés en grande partie (près de 50 %) par les recettes dégagées par la cession de la cour de Rothau, vendue à l’hôtel-restaurant La Cour d’Alsace. L’estimation ne comprend pas les coûts de mise en valeur de la chapelle et de construction de l’immeuble d’habitation.

(*) Financés en grande partie (près de 50 %) par les recettes dégagées par la cession de la cour de Rothau, vendue à l’hôtel-restaurant La Cour d’Alsace. L’estimation ne comprend pas les coûts de mise en valeur de la chapelle et de construction de l’immeuble d’habitation.