Monsieur Muller,

En réponse à votre courriel concernant le référendum du 7 avril 2013 pour une collectivité territoriale d’Alsace :

1. Le taux d’abstention important à ce référendum est sans doute consécutif à :

 –  un manque d’information aux électeurs qui souhaitaient des éléments plus concrets concernant la constitution d’une collectivité territoriale d’Alsace, se substituant aux 3 collectivités actuelles (Conseil Général du Bas-Rhin, Conseil Général du Haut-Rhin et Région Alsace),

–  l’ambiance nationale délétère due à un Président de la République décevant, qui n’a aucun cap et aucune vision pour la France, à un gouvernement qui ne prend que des décisions néfastes pour l’avenir de notre pays et aux affaires de mensonges d’Etat… entraînant, pour une majorité de concitoyens, un rejet d’une grande partie de la classe politique nationale.

2. Le Canton d’Obernai s’est exprimé à 74 % pour le OUI,  77,33 % à Obernai, avec des « pointes » de 85 % au cœur de ville. Le taux de participation sur le canton est de 37,21 %. Ainsi, 3 électeurs sur 4 ont exprimé un avis favorable à la création d’une collectivité territoriale unique pour l’Alsace.

3. Une majorité d’électeurs du Haut-Rhin a rejeté ce projet. Les 3 collectivités continueront à remplir leurs missions dans le cadre de leurs compétences.

4. Personnellement, je continuerai à m’impliquer pour faire en sorte de porter des politiques en adéquation avec les besoins des populations, tout en faisant des économies financières dans tous les domaines où cela est possible.

Au-delà des enjeux de ce référendum, nous souhaitons vivement que le Président de la République ait le courage de fixer un cap pour la France au lieu de « bricoler » en avançant à l’aveuglette… Les enjeux d’avenir pour les Français ne « se règlent pas avec une caisse à outils ».

Bernard FISCHER